Logos ministère de l'Éducation nationale et du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Logo du ministère de l'Éducation nationale Logo du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
Logo de l'École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESENESR)
La formation des cadres et des personnels ATSSRSS Icône du flux RSS de l'ESENESRPodcast Icône du flux podcast de l'ESENESR



Rechercher dans :


MLDS : Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire



Pour prévenir les sorties prématurées et prendre en charge les décrocheurs

Dernière mise à jour : 8 juin 2017

La mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) a deux finalités :

  • réduire, par des actions de prévention, le nombre de sorties sans diplôme ;
  • avec l'aide des responsables des plates-formes de suivi et d'appui aux décrocheurs (PSAD), prendre en charge les élèves décrocheurs de plus de 16 ans en vue d'une rescolarisation et/ou d'une qualification reconnue, pour une insertion sociale et professionnelle durable.

La MLDS travaille maintenant en étroite collaboration avec le responsable du réseau FOQUALE (FOrmation QUAlification Emploi) qui doit mettre en œuvre un projet collectif de lutte contre le décrochage.

Cette entité (généralement une par bassin ou par réseau d'établissements) est animée par un responsable qui doit mettre en place un comité de réseau, composé de chefs d'établissement de collèges, lycées d'enseignement général et technologique (LEGT) et lycées professionnels (LP), du directeur de centre d'information et d'orientation (DCIO) et des membres des corps d'inspection référents du bassin. Le responsable du réseau joue un rôle de coordination au moment de l'appel à projets lancé dans le cadre de la MLDS.

Il s'agit aussi de développer la pertinence des actions au regard des besoins, la mutualisation des pratiques et créer des structures ou dispositifs innovants.

La MLDS a un rôle de conseil, d'expertise et d'ingénierie de formation.

Ce sont les établissements qui se chargent de la mise en œuvre des actions. Ces dernières sont déployées en fonction des besoins, au travers de dispositifs tels que Module de Repréparation à l'Examen par l'Alternance (MOREA), Itinéraire d'Accès à la Qualification et au diplôme (ITAQ), Formation Complémentaire d'Initiative Locale (FCIL), Module d'Accueil en Lycée (MODAL), Groupe de Prévention contre le Décrochage Scolaire (GPDS, ex-GAIN - Groupe d'aide à l'insertion), Session d'Information et d'Orientation (SIO), Formations Professionnelles Aménagées (FPA) Actions d'Accueil et de Remobilisation (ARR), Structures de Retour à l'École (SRE) dont font partie les micro-lycées, etc.

_______________


Afin de répondre à l'obligation de suivi des élèves quittant le système éducatif sans diplôme, les chefs d'établissement ont la responsabilité de diriger ces élèves vers la MLDS, dans l'année suivant leur sortie, ou pendant la scolarité (en cas de rupture ou d'échec aux examens).

Les trois missions de la MLDS sont : repérer - prévenir, accueillir - remobiliser, former - qualifier.


  • 1 – Repérer - prévenir

1.1 – Les élèves en difficulté

  • Repérage des élèves âgés de plus de 16 ans manifestant des signes de décrochage scolaire. Cette mission relève, dans l'établissement, du GPDS (Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire).
    Ce dispositif est piloté par le chef d'établissement ou le référent "décrochage scolaire" nommé par lui. Chaque jeune repéré doit bénéficier d'un entretien de situation et d'un accompagnement vers un retour en formation. La périodicité des rencontres, la composition du groupe reflètent la problématique de chaque EPLE ou réseau d'établissements en matière de décrochage.
  • Missions des dispositifs de veille :
    • repérer, recenser et accueillir les élèves démotivés, absentéistes et en risque de décrochage, en lien avec les équipes éducatives ;
    • mettre en place des modules de remotivation et de remédiation correspondant aux besoins des élèves repérés ;
    • proposer, après entretien, des solutions alternatives d'orientation via les stages passerelles ;
    • faciliter l'intégration des élèves arrivant dans l'établissement ;
    • informer systématiquement les élèves sur le droit au retour en formation ;
    • enrichir l'information des élèves sur le monde associatif (qui peut, localement, être actif dans le domaine).

1.2 – Les potentialités économiques

  • Étude du marché local de l'emploi, en collaboration avec les services de l'emploi et les entreprises ;
  • développement du partenariat local avec les structures d'accueil et d'emploi, dans le cadre du réseau public d'insertion des jeunes.

Les CLEE (Comités Locaux École Entreprise) peuvent constituer des lieux d'échanges intéressants entre professionnels.


  • 2 – Accueillir - remobiliser

La prise en charge des décrocheurs fait l'objet, depuis 2011, d'une attention particulière grâce à la mise en place des plates-formes de suivi et d'appui aux décrocheurs et du système interministériel d'échange d'informations (SIEI).
Lorsque le jeune quitte l'établissement, le motif de sortie doit être saisi dans l'application Siècle Décrochage (cf. 8 fiches pratiques mises à jour en septembre 2014, site de l'académie d'Amiens). Pour faciliter l'échange d'informations avec le responsable de la plate-forme PSAD, chaque chef d'établissement met à jour le portail  ARENA, en cliquant sur le lien "Suivi des élèves", puis "Décrochage scolaire", et remplit la fiche navette.

La liaison avec le CIO est réalisée grâce à la fiche de signalement. Le dispositif d'accueil et d'accompagnement relève de la compétence du CIO dont le rôle est essentiel. Il doit maintenant travailler en liaison avec le réseau FOQUALE. Ces réseaux FOrmation QUALification Emploi, créés dans chaque bassin d'éducation et de formation, recensent, coordonnent, mutualisent et développent des structures adaptées à la remobilisation scolaire des élèves. En appui, des référents "décrochage scolaire" sont nommés dans les établissements scolaires du second degré à fort taux d'absentéisme et de décrochage. Cette mission, devenue prioritaire, donne lieu, dans ces établissements, au versement d'une indemnité pour mission particulière (IMP).

Leur action conjointe permet à l'éducation nationale de proposer une réponse adaptée à chaque jeune.


  • 3 – Former - qualifier

Il existe deux catégories d'actions implantées dans les établissements (en collaboration avec eux), sur décision de la MLDS :

  • les actions préparant à l'entrée en formation qualifiante, dont font partie les actions de remobilisation. Cette catégorie d'actions comporte trois composantes, que le jeune peut combiner à travers un parcours relais en lycée professionnel :
    • remise à niveau systématique des connaissances (consolidation du socle commun) ;
    • préparation active de l'orientation ;
    • découverte du milieu professionnel ;
    • droit au retour en formation initiale pour les 16-25 ans : durée complémentaire de formation qualifiante et formation des sortants sans qualification professionnelle ;
  • les actions d'accès à la qualification afin de préparer tout ou partie d'un examen (dont font partie les actions d'accompagnement vers l'emploi).

Ces deux catégories d'actions ont des dénominations variables : MOREA, ITAQ, FCIL, SIO, MODAL, GPDS, micro-lycée, FPA, etc. (consulter une présentation synthétique ainsi que la signification de quelques-uns de ces sigles sur le site de l'académie de La Réunion).

Quelques exemples académiques :

Textes officiels en vigueur au 8 JUIN 2017

Code de l'éducation

  • Article L122-2 (droit à une formation qualifiante) ;
  • article L313-7 (obligation de transmission des coordonnées des jeunes qui ne sont plus inscrits dans un cycle de formation) ;
  • article L313-8 (service public de l'orientation tout au long de la vie, entretien de réorientation des jeunes sortis sans diplôme) ;
  • articles D311-11 à 13 (l'accompagnement pédagogique des élèves) ;
  • article D313-59 (niveau de qualification) ;
  • article D331-42 (droit à une nouvelle inscription dans l'établissement dont est issu un élève ayant échoué à l'examen du baccalauréat, du brevet de technicien, du brevet de technicien supérieur ou du certificat d'aptitude professionnelle) ;
  • articles D122-3-1 à D122-3-8 (mission de formation des sortants du système éducatif).

Code du travail

  • Article L5314-2 (missions locales pour l'insertion professionnelle et sociale des jeunes).

Autres textes


Pour aller plus loin


Dossiers thématiques

Lutte contre le décrochage scolaire :

Droit au retour en formation :

Lutte contre l'illettrisme :

Financement :

Comment participer aux actions du FSE - Fonds social européen ?, à consulter sur le site de la Commission européenne (le FSE peut financer le montage d'opérations, notamment à travers l'axe "favoriser l'insertion sociale").


Ouverture sur l'international


Boîte à outils

Module d'autoformation

Nos ressources sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons, voir nos Mentions légales

Imprimer la pageHaut de page

Conférences

Le climat scolaire : évidences scientifiques et pistes d'action

Éric DEBARBIEUX, délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire


ESENESR - Conférence
8 avril 2013
32 min 5 sec



Administration française École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Téléport 2 - BP 72000 - Bd des Frères Lumière - 86963 Futuroscope Chasseneuil Cedex - France - Tel +33 (0)5 49 49 25 00

© 2013 ESENESR - Mentions légales - Contactez-nous