Logos ministère de l'Éducation nationale et du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Logo du ministère de l'Éducation nationale Logo du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
Logo de l'École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESENESR)
La formation des cadres et des personnels ATSSRSS Icône du flux RSS de l'ESENESRPodcast Icône du flux podcast de l'ESENESR



Rechercher dans :


Enjeux

La lutte contre le décrochage est un sujet qui nous concerne tous : parents, professeurs, pouvoirs publics au niveau national ou local, associations, entreprises. Ainsi, il interroge notre capacité collective à faire réussir chaque jeune et à lui permettre de trouver sa place au sein de la société. À la suite de l'engagement pris par le Président de la République de réduire par deux le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif au cours de son mandat, réaffirmé lors de la grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014, "le lancement d'une action d'ampleur est nécessaire pour mobiliser et mettre en mouvement l'ensemble de la société autour d'un nouveau plan d'actions ambitieux".


Accès rapide :



Le contexte

Du point de vue économique, le décrochage menace la compétitivité du pays et génère des coûts importants pour la société, nettement supérieurs à ceux correspondant à l'action des politiques publiques dans ce domaine. Les coûts associés au décrochage d'un jeune, cumulés tout au long de sa vie, se situent entre 200 000 et 300 000 euros selon les pays. Pour la France, ce coût est évalué à 230 000 euros pour chaque élève ayant décroché, soit près de 30 milliards de dette contractée chaque année.

D'après le rapport de diagnostic Évaluation partenariale de la politique de lutte contre le décrochage scolaire (pdf 5,2 Mo) : "en France métropolitaine, environ 140 000 jeunes sortent chaque  année du système de formation initiale sans diplôme du second cycle secondaire et 620 000 des jeunes de 18 à 24 ans se trouvent en dehors de tout système de formation et sans diplôme du second cycle du secondaire."

Le décrochage : de quoi parle-t-on ?
 Ministère de l'éducation nationale,
de l'enseignement supérieur et de la recherche, novembre 2014
- Tous droits réservés

  

Image Le décrochage : de quoi parle t-on ? (jpg 23 Ko) (nouvelle fenêtre) - © Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche - Tous droits réservés

 

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Les enquêtes du Programme for International Student Assessment (PISA), qui mesurent l'efficacité et la performance des différents systèmes éducatifs, mettent en évidence un accroissement de l'écart en termes de chances de réussite entre les élèves en fonction de la catégorie sociale des parents et des déterminants socio-économiques.



Les enjeux

Au niveau européen, la France a manifesté sa volonté de réduire le taux de sortants sous le seuil des 10% et s'inscrit dans la stratégie Europe 2020 au service d'une économie durable, intelligente et inclusive.


Les États de l'Union européenne (UE) se sont fixés pour ambition de réduire à moins de 10 % la part des jeunes de 18-24 ans en dehors de tout système de formation et sans diplôme du second cycle du secondaire. La France s'est engagée à atteindre un objectif plus ambitieux en visant un taux cible de moins de 9,5 % à l'horizon 2020.

Les jeunes en situation de décrochage sont dans une situation de souffrance à l'école liée à la non-valorisation de leurs talents. Le décrochage constitue ainsi un préjudice psychologique important en termes d'estime de soi. L'école, qui ne parvient pas aujourd'hui à valoriser et motiver tous les élèves, est alors rejetée en tant qu'institution par ces jeunes, qu'il est ensuite très difficile de faire revenir en formation. Voici ce qu'en disent des élèves qui ont "raccroché".

Témoignages d'élèves raccrocheurs

2 min 18 sec

Élèves au micro-lycée professionnel d'Agen (par ordre d'apparition) :

Mohammed, 22 ans

Stéphane, 21 ans

Julie, 20 ans

Valérie, 18 ans

Anthony, 20 ans

Chloé, 21 ans


Après avoir abandonné leurs études, ils se trouvent davantage confrontés au chômage, notamment de longue durée, et occupent plus souvent des emplois précaires et peu qualifiés par rapport à la population diplômée.

La scolarisation et la validation de diplôme sont des facteurs qui protègent de la pauvreté. La lutte contre le décrochage contribue donc à la prévention de la pauvreté et s'inscrit en cohérence avec le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale. La réduction de l'abandon scolaire ouvre également la voie à la réalisation d'autres objectifs d'Europe 2020. Par son impact direct sur l'employabilité des jeunes, elle contribue à accroître l'intégration sur le marché du travail et donc à atteindre l'objectif phare d'un taux d'emploi de 75 % pour les femmes et les hommes âgés de 20 à 64 ans.


Source du schéma : Commission européenne, extrait du rapport Lutter contre le décrochage scolaire : éléments de comparaison internationale (pdf 263 Ko), archive 2012 - ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur
et de la recherche -
Tous droits réservés



Dans le même temps, la réduction de l'abandon contribue de manière significative à rompre le cycle de la misère qui mène à l'exclusion sociale de tant de jeunes. Elle représente donc une mesure essentielle pour atteindre l'objectif visant à réduire de 20 millions le nombre de personnes menacées par la pauvreté.


Le décrochage au niveau européen

3 min 20 sec

Claude BISSON-VAIVRE, inspecteur général de l'éducation nationale


Exemples d'actions en Europe

2 min 57 sec

Claude BISSON-VAIVRE, inspecteur général de l'éducation nationale


Le Droit au retour en formation annoncé le 19 mai 2015

Annoncés par le Président de la République et publiés le 5 décembre 2014, les décrets d'application sur le droit au retour en formation de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République, témoignent de l'engagement du gouvernement à prendre en charge très rapidement les jeunes sans diplôme et leur proposer une nouvelle chance de qualification. (articles L122-2 et L122-4 du code de l'éducation).

 Consulter le site Site Reviens te former,
service de rappel gratuit avec une prise
en charge rapide et un suivi personnalisé
pour tout jeune qui en fait la demande.

  

Logo du site Reviensteformer.gouv.fr


   

Ce droit s'inscrit dans le plan national "tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire " (pdf 1 Mo) qui a été présenté par la ministre de l'éducation nationale et le Premier ministre le 21 novembre 2014 ; l'accélération et le renforcement de la mise en œuvre de ce plan sont mentionnés à l'occasion de la "grande mobilisation de l'école pour les valeurs de la République" du 22 janvier 2015.
Lors du bilan effectué le 2 décembre 2015 et les annonces relatives aux nouvelles dispositions qui seront mises en place en 2016, le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche a annoncé le droit pour les décrocheurs de se réinscrire dans l'établissement d'origine en conservant leurs acquis.

Alliance éducative et réactive.

Le fait de réduire de seulement un point de pourcentage le taux européen moyen d'abandon scolaire permettrait à l'économie européenne de disposer chaque année de presque un demi-million supplémentaire de jeunes travailleurs qualifiés potentiels.

Les mesures renforçant la lutte contre le décrochage scolaire sont également en cohérence avec :

  • le plan priorité jeunesse : "privilégier le droit commun, favoriser l'autonomie des jeunes, lutter contre les inégalités et les discriminations et encourager la participation des jeunes au débat public.
  • la dynamique du plan national Garantie pour la jeunesse : "en réponse à la recommandation du Conseil européen du 22 avril 2013 qui consacre l'un de ses 13 chantiers à la lutte contre le décrochage".

Mise en ligne le 03/12/2015



Imprimer la pageHaut de page

Naviguez dans le dossier

 Présentation du dossier Décrochage scolaire

 Le décrochage c'est quoi ?

 Historique

 Mobiliser les ressources des premier et second degrés

 Acteurs, partenaires et territoires

 L'innovation au service de la lutte contre le décrochage


À voir sur le web

Textes officiels :

  • Articles D122-3-1 à 8 du code de l'éducation nationale relatifs à la mission de formation des sortants du système éducatif


Autres ressources :




Conférences

De l'école à l'emploi : le parcours individuel d'orientation professionnelle

  • Nicolas TORRES, adjoint à la cheffe du bureau de l'orientation et de l'insertion professionnelle, ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, direction générale de l'enseignement scolaire, sous-direction du socle commun, de la personnalisation des parcours scolaires et de l'orientation ;
  • Xavier VINET, chef du service académique d'information et d'orientation, académie de Nantes, délégué régional de l'Office national d'information sur les enseignements et les professions (ONISEP) ;
  • Françoise LEFEBVRE, proviseure du lycée Marie Curie de Nogent-sur-Oise, académie d'Amiens, directrice du groupement d'établissements pour la formation continue (GRETA) Sud-Oise ;
  • Catherine BEUZIT, principale du collège Molière à Bouillé-Loretz dans les Deux-Sèvres, académie de Poitiers.

Avec les contributions enregistrées de :

  • Jean-Pierre BELLIER, inspecteur général de l'éducation nationale pour les établissements et la Vie Scolaire (IGEN-EVS), en charge de l'orientation et du décrochage scolaire ;
  • George ASSERAF, agrégé de sciences économiques, inspecteur général de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche, directeur de l'ONISEP ;
  • rencontre d'acteurs qui ont participé à l'action de remobilisation des jeunes en interruption de parcours de formation "Quelles solutions pour ma rentrée ?" qui a eu lieu le 22 septembre 2014 au centre d'information et d'orientation (CIO) de Poitiers. L'éducation nationale et ses partenaires organisent, en effet, régulièrement des rencontres sur l'emploi et la formation pour proposer des solutions concrètes aux jeunes de moins de 25 ans.

Animatrice : Sonia LEVERD, ingénieur de formation ESENESR.

Logo Conférences interactives


ESENESR/CNED - conférence interactive
8 octobre 2014
1 h 29 min 9 sec



Administration française École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Téléport 2 - BP 72000 - Bd des Frères Lumière - 86963 Futuroscope Chasseneuil Cedex - France - Tel +33 (0)5 49 49 25 00

© 2013 ESENESR - Mentions légales - Contactez-nous