Logos ministère de l'Éducation nationale et du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Logo du ministère de l'Éducation nationale Logo du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
Logo de l'École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESENESR)
La formation des cadres et des personnels ATSSRSS Icône du flux RSS de l'ESENESRPodcast Icône du flux podcast de l'ESENESR



Rechercher dans :


Vous êtes ici : Accueil > Ressources par thème > Priorités nationales > Mise en œuvre de la politique d'éducation prioritaire en France > Éducation prioritaire : permanences et mutations

Éducation prioritaire : permanences et mutations

Depuis ses débuts en 1981 jusqu'à nos jours, les objectifs qui ont présidé à la mise en place des zones d'éducation prioritaires (ZEP) perdurent. Il s'agit de corriger l'inégalité sociale par le renforcement de l'action pédagogique et éducative.

Si les objectifs restent inchangés, les approches politiques peuvent différer.

Jean-Yves ROCHEX retrace les 30 ans de l'éducation prioritaire
en dégageant des lignes de force :


6 min 58 s

Jean-Yves ROCHEX, professeur des universités - Paris VIII


Sur le plan pédagogique, l'approche a aussi évolué.
Les deux rapports ci-après permettent également d'appréhender les permanences et les évolutions.
La refondation de l'éducation prioritaire amorcée en 2014 est éminemment pédagogique.

  • Le rapport de l'inspection générale - La contribution de l'éducation prioritaire à l'égalité des chances des élèves, 2006 (pdf 986 Ko) ;
    Cliquer sur la loupe pour lire le résumé du rapport :

    Il fait un constat pédagogique en douze points et définit les conditions pour une relance pédagogique à l'école primaire comme au collège. Du point de vue pédagogique, il fait émerger cinq problématiques majeures :
    - les enseignants : les pratiques pédagogiques mises en œuvre, par le fractionnement de l'apprentissage en micro-activités et par l'extrême individualisation, ne font pas construire des connaissances et compétences aux élèves ;
    - le langage : les enseignants oublient que le langage de l'école ne va pas de soi et que certains enfants ne sont pas confrontés chez eux aux différentes fonctions et facettes du langage ;
    - étayage et désétayage : le passage du CM2 à la sixième est source de déséquilibres pour les élèves les moins autonomes. Il s'agit de penser et mettre en œuvre un désétayage progressif en CM2 ;
    - la "nécessité d'enseigner": il faut une réflexion nouvelle sur la différenciation pédagogique et sa mise en œuvre;
    - la nécessité de mobilisation plus que d'innovation : il s'agit de faire un diagnostic précis des difficultés individuelles des élèves et de mettre en place les modalités de remédiation et de suivi en adéquation avec les besoins.
    Par ailleurs, ce rapport se penche sur un certain nombre de questions centrales sur le plan organisationnel :
    - comment réfléchir à une politique publique qui est à la fois sociale et scolaire ? Il s'agit de poser les bons diagnostics pour dépasser les croyances et faire la part entre les inégalités venant du domaine social et les inégalités créées par le scolaire ;
    - cherche-t-on à atteindre l'égalité des chances ou l'égalité des moyens ? Il s'agit de s'interroger sur ce qu'il faut compenser ;
    - s'agit-il de mener une politique territoriale ou une politique centrée sur une population ? Il faut considérer ces deux approches comme complémentaires et étudier les situations locales ;
    - privilégie-t-on une politique pédagogique ou une politique de moyens ?

  • Le rapport du CIMAP - Évaluation de la politique d'éducation prioritaire, 2013 - (pdf 447 Ko)
    Cliquer sur la loupe pour lire le résumé du rapport :

    Il propose une évaluation de la politique d'éducation prioritaire menée en France, dans le cadre de la modernisation de l'action publique (MAP). Globalement, il est constaté que les écarts de résultats entre les établissements relevant de l'éducation prioritaire et les autres établissements ne se sont pas réduits. Il est cependant noté que l'éducation prioritaire, par son action et sa réflexion sur les évolutions souhaitables du système éducatif, a beaucoup apporté à l'ensemble des acteurs du système au-delà du strict champ de l'éducation prioritaire. Les constats de ce rapport s'organisent en trois points :
    - les objectifs opérationnels sont souvent flous et ont besoin d'être adaptés aux situations locales ;
    - l'efficacité de la politique d'éducation prioritaire est difficile à évaluer et les résultats sont inégaux d'un réseau à l'autre ;
    - les effets des moyens alloués sont incertains. Il est à noter que les postes spécifiques contribuent à l'amélioration du travail collaboratif et que la formation des personnels produit les effets les plus remarquables.
    Enfin, cette étude analyse les leviers d'action possibles pour une politique plus efficace, aussi bien en termes pédagogiques et éducatifs, qu'en termes de ressources humaines et de pilotage national.

Anne ARMAND commente ces deux rapports et insiste sur la dimension pédagogique, enrichie par les apports de la recherche :


3 min 42 s

Anne ARMAND, inspectrice générale de l'éducation nationale (IGEN)


Quelle analyse du passé pour agir aujourd'hui ?
Jean-Yves ROCHEX propose quelques éléments de réflexion :

9 min 54 s


Jean-Yves ROCHEX, professeur des universités - Paris VIII


L'évolution des appellations


Chacun des sigles reflète une approche de la politique d'éducation prioritaire :


(cliquer sur l'image
pour l'agrandir)


ZEP (1981 - 2006) : Zones d'éducation prioritaire – Elles sont mises en œuvre par la circulaire du 9 juillet 1981. Les grands principes de ces zones sont : une approche globale avec les partenaires, la définition d'un projet d'action éducative et le suivi d'indicateurs.

REP (1997 - 2006) : Réseaux d'éducation prioritaire – Ils sont créés dans le cadre d'une politique de la seconde relance de l'éducation prioritaire. Ils associent, à des établissements déjà en ZEP, des écoles ou des établissements nécessitant une aide particulière. La priorité donnée aux apprentissages est réaffirmée.

RAR (2006 - 2011) : Réseaux Ambition Réussite – Le plan de relance de l'éducation prioritaire de 2006 identifie 253 REP nécessitant plus de moyens que les autres. Ces REP deviennent les RAR et sont dotés de personnels supplémentaires, d'un renforcement du suivi et ils sont pilotés au niveau national. Chaque RAR est composé d'un seul collège et des écoles de son secteur de recrutement.

RRS (2006 - 2014) : Réseaux de réussite scolaire – Parallèlement aux RAR créés dans le cadre du plan de relance de 2006, les RRS sont créés. Ils sont pilotés au niveau académique. Chaque RRS est composé d'un seul collège et des écoles de son secteur de recrutement.

CLAIR (2010 - 2011) : Collège Lycée Ambition Innovation Réussite – Programme expérimental issu des états généraux de la violence. Il est lancé dans 105 établissements rencontrant le plus de difficultés relatives au climat scolaire.

ECLAIR (2011 - 2014) : École Collège Lycée Ambition Innovation Réussite – Programme qui étend l'expérimentation CLAIR au 1er degré. Il intègre la quasi-totalité des RAR. Ce programme vise à donner plus d'autonomie aux établissements. Il crée la mission de "préfet des études" et développe la notion de postes à profil. Les ECLAIR sont pilotés au niveau national.

REP REP+ (2014 - ) : Réseaux d'éducation prioritaire – Dans le cadre de la refondation de l'éducation prioritaire, une nouvelle carte des réseaux est mise en place avec une différenciation entre les REP+ et les REP.

Mise en ligne le 12/06/2015



Imprimer la pageHaut de page

Naviguez dans le dossier

Bibliographies

Éducation prioritaire et politiques éducatives territoriales

Mars 2015

Cette bibliographie recense les textes officiels ainsi qu'une sélection de rapports officiels, d'ouvrages, d'articles et de ressources numériques relatifs à l'éducation prioritaire en France mais aussi en Europe et dans le monde.


Conférences

Zones d'éducation prioritaire (ZEP) : origine, sens, enjeux : quel bilan ?

Jean-Yves ROCHEX, professeur, université Paris 8


ESENESR - conférence
9 avril 2014
1 h 1 min 36 sec



Administration française École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Téléport 2 - BP 72000 - Bd des Frères Lumière - 86963 Futuroscope Chasseneuil Cedex - France - Tel +33 (0)5 49 49 25 00

© 2013 ESENESR - Mentions légales - Contactez-nous