Logos ministère de l'Éducation nationale et du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Logo du ministère de l'Éducation nationale Logo du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
Logo de l'École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESENESR)
La formation des cadres et des personnels ATSS



Rechercher dans :


Validation des acquis de l'expérience (VAE)



Un droit individuel à la reconnaissance de son expérience professionnelle, pour obtenir un diplôme ou tout ou partie d'une certification dans le cadre de la formation tout au long de la vie

Dernière mise à jour : 15 novembre 2018


La validation des acquis de l'expérience (VAE), créée en 2002, en application de la loi de modernisation sociale, permet à toute personne, quel que soit son âge, son niveau d'études, son statut, de demander la validation de son expérience, notamment professionnelle.

Il s'agit d'un droit inscrit dans le code du travail (article L6411-1) et le code de l'éducation (article L335-5). C'est une démarche individuelle qui permet d'obtenir, en totalité ou en partie, un des diplômes, titres ou certificats de qualification professionnelle inscrits dans le répertoire national des certifications professionnelles. La seule condition requise est d'avoir exercé une activité salariée, non salariée ou bénévole d'une durée cumulée d'un an en rapport avec la finalité du diplôme visé.
La VAE concerne tous les diplômes à finalité professionnelle de l'éducation nationale, à tous les niveaux d'étude.

  • 1. VAE et EPLE


L'établissement public local d'enseignement (EPLE) est directement concerné par :

  • l'information du public (charte du lycée des métiers) ;
  • la formation au sein des groupements d'établissements pour la formation continue (GRETA) ;
  • l'organisation des jurys de validation ;
  • la participation de personnels à des démarches de VAE en tant que bénéficiaires ;
  • la formation des professeurs à leur rôle d'examinateur lors des épreuves d'une demande de VAE.


  • 2. Les grandes étapes de la VAE


1) Accueil et information sur le dispositif auprès des centres et Points Relais Conseil (PRC), habilités par les conseils régionaux, qui peuvent se trouver dans des structures déjà existantes comme les Agences locales pour l'emploi, les missions locales, les rectorats à travers leurs Dispositifs Académiques de Validation des Acquis (DAVA), les Centres d'Information et d'Orientation (CIO) ou les centres de bilan de compétences, etc.


2) Accompagnement gratuit par un conseiller VAE dans un PRC pour étudier le projet du candidat, constituer le dossier de recevabilité et obtenir un financement.


3) Dépôt de la demande de recevabilité auprès de l'organisme certificateur (http://www.vae.gouv.fr/?page=carte-certificateur) qui notifiera sa décision sous 8 semaines ; toute décision d'irrecevabilité doit être motivée. Pour les diplômes délivrés par le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, l'organisme certificateur est le Dispositif Académique de Validation des Acquis (DAVA), parfois appelé DAVEN ou SAVA.


4) Constitution du dossier de VAE, selon les indications de l'organisme certificateur, visant à démontrer les compétences, aptitudes et connaissances acquises au cours de l'expérience en lien avec la certification visée.


5) Accompagnement, pour la constitution du dossier et la préparation de l'entretien de validation : prestation facultative et payante, qui est assurée par des organismes agréés (DAVA, CIO, GRETA (groupement d'établissements publics d'enseignement), AFPA (Association pour la Formation Professionnelle des Adultes), etc.


6) Constitution du jury conformément à la réglementation du diplôme concerné. Dans le cas d'une demande de validation d'un diplôme professionnel, les représentants de la profession doivent être pour moitié employeurs et pour moitié salariés. Dans le cas d'un diplôme de l'enseignement supérieur, les enseignants chercheurs sont majoritaires dans le jury. Dans tous les cas, la parité homme/femme au sein du jury doit être recherchée.

Des établissements scolaires (en particulier les lycées des métiers) peuvent demander une habilitation académique pour l'accompagnement et la participation aux jurys pour la VAE.

Ces établissements ont un rôle important pour proposer des membres de jurys enseignants et professionnels formés à l'analyse du travail.

Le jury se réunit le plus souvent 2 fois par an, selon la pression exercée sur le diplôme dans l'académie.


7) Entretien de validation : le plus souvent, le jury se prononce à l'issue d'un entretien qui s'appuie sur le dossier présenté. Pour certaines certifications, une mise en situation professionnelle est prévue.


8) Délibération et décision du jury : le jury est souverain et établit un procès-verbal (PV) de délibération. Il peut accorder tout ou partie du diplôme ou demander une évaluation complémentaire lorsqu'il ne dispose pas de toutes les informations nécessaires sur les activités du candidat. Dans ce cas, pour l'obtention d'un diplôme, d'un titre ou d'un certificat de qualification à finalité professionnelle, le candidat dispose de 5 ans pour passer le contrôle complémentaire. Pour les diplômes et titres relevant de l'enseignement supérieur, il n'existe pas de délai maximum.


9)  Notification de la décision du jury
À l'issue des sessions de validation, le jury remplit une notification qui reprend la décision finale et les préconisations éventuelles. Cette notification est adressée au candidat par courrier. La décision du jury est notifiée par l'autorité administrative qui délivre la certification.

N.B. : le salarié a droit à un congé pour préparer et présenter sa VAE.



  • 3. Pour qui ?

 La démarche est valable quel que soit le statut du demandeur au moment de la demande :

  • salarié (contrat à durée déterminée, contrat à durée indéterminée, intérimaire, etc.) sur la base d'une durée de l'expérience professionnelle au moins égale à 1 année d'activités professionnelles cumulées en rapport avec le diplôme visé ;
  • non-salarié ;
  • agent de la fonction publique ;
  • demandeur d'emploi ;
  • personne ayant exercé des activités sociales, du bénévolat, etc.


  • 4. Qui paie ?

Le candidat, selon son statut, peut bénéficier d'un financement partiel ou total de l'accompagnement à la VAE. Les sources de cette prise en charge sont fonction du secteur d'activité ou du statut :

  • salarié : organismes collecteurs du CIF (congé individuel de formation), OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé) et entreprises (compte personnel de formation) ;
  • non-salarié : organismes collecteurs de la taxe d'apprentissage ;
  • agent de la fonction publique : plan et budget de formation ;
  • demandeur d'emploi : financeurs publics (Pôle emploi, collectivités territoriales), fonds d'assurance formation, Fonds social européen - FSE).


Textes officiels en vigueur au 15 NOVEMBRE 2018

Pour cette fiche, nous vous renvoyons vers les sites publics dédiés :

ainsi qu'à ces deux textes :


Pour aller plus loin

1) Ressources sur la VAE :

2) Dossiers et analyses :

3) La VAE dans l'enseignement supérieur :

4) Ouverture à l'international :


Boîte à outils


Nos ressources sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons, voir nos Mentions légales

Imprimer la pageHaut de page



Administration française École supérieure de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche
Téléport 2 - BP 72000 - Bd des Frères Lumière - 86963 Futuroscope Chasseneuil Cedex - France - Tel +33 (0)5 49 49 25 00